Parlons antidépresseurs et perte de poids

Source photo: netdoctor.uk.co

Est-ce que c’est possible de ne pas prendre de poids et même de perdre du poids en prenant des antidépresseurs?

Alors que j’ai 30 ans, un bébé de 8 mois, mon premier trésor, que je suis en congé de maternité, que tout semble super bien aller, je tombe par terre un beau matin en voulant prendre mon bébé. Pourtant, matinée « anodine » de natation et de purée de poires qui ont fait déborder le vase comme on dit. Je ne te raconterai pas tous les détails mais disons que dans ma tête tout allait bien. Je n’avais aucuns symptômes de dépression, le moral était même bon. MAIS j’étais en état CONSTANT de presse, de pression pour être la maman parfaite, la super woman qui fait tout et qui n’est jamais fatiguée. Alors ce matin-là je tombe, étourdie, engourdie, mes jambes incapables de me soutenir, mal de cœur etc…

J’ai passé le mois complet suivant sur le dos, au lit, incapable de fonctionner. Après multiples test sanguins et neurologiques le diagnostique tombe : dépression post partum et syndrome d’anxiété généralisé.

MOI?? NON!! Prescription : des antidépresseurs et un suivi en psychologie.

Huit ans plus tard, j’avais atteint un poids de 210 lbs. Pas à cause des antidépresseurs, je ne les ai jamais blâmés. Je mangeais mal, très mal, je ne bougeais pas et j’ai eu un 2e enfant. Mais reste qu’à 38 ans je voulais perdre du poids. Et OUI c’est possible de le faire même en prenant des antidépresseurs. J’ai perdu 53 lbs et je continue!

Lire sur les réseaux sociaux des choses comme :

« je ne veux pas prendre d’antidépresseurs parce que je ne veux pas être grosse » ou

« je veux arrêter mes antidépresseurs parce que j’engraisse trop », ça me brise le cœur.

Pour moi, la santé mentale est cruciale. Avoir le choix d’être couchée au lit comme le mois que j’ai passé et être mince ou pouvoir fonctionner et être grosse, je choisi d’être grosse et fonctionner. Mais le choix n’est même pas celui-là. Il est tout à fait possible de ne pas prendre de poids et même d’en perdre en prenant des antidépresseurs.

Oui c’est peut-être plus long et plus difficile que pour d’autres, mais pas impossible. Si tu manges bien, selon tes besoins caloriques, ben oui ça demande de les calculer tes besoins caloriques et oui ça demande au début un suivi de ce que tu manges peut-être plus important que pour une autre personne, mais ça vaut la peine pour bien comprendre ton corps et toi ce que tu as besoin pour ne pas prendre de poids.

Deux facteurs font en sorte que les gens prennent du poids avec la prise d’antidépresseurs:

1.       Le retour de l’appétit. Souvent l’appétit diminue en moment de dépression. Ce n’avait pas été mon cas, au contraire je mangeais beaucoup, mais c’est commun. Quand la personne commence à mieux aller, l’appétit reviens, donc la personne recommence à manger plus. Mais si la personne a été en déficit calorique trop important pendant trop longtemps, le métabolisme a ralenti, alors même en mangeant « normalement » il est possible de prendre un peu de poids.

2.       La plupart des antidépresseurs coupent le signal de satiété envoyé au cerveau, alors on a toujours faim. Il faut apprendre à ignorer cette faim, de là l’importance de connaitre nos besoins caloriques, de manger selon ces besoins, et de tenir un journal alimentaire très détaillé. Manger devient un exercice rationnel et non instinctif ou émotif. « Écouter sa faim » deviens presque impossible. Moi, écouter ma faim, je mangerais 3000-4000 calories par jour quand mes besoins sont de 1500 environ pour perdre du poids et environ 2000 pour maintenir mon poids. Alors je mange mes 1500 calories et je gère la faim par la suite.

Je ne dis pas que c’est facile, mais ne t’empêche pas de prendre un médicament par peur d’engraisser. Si tu es discipliné avec ton alimentation et ton activité physique, tu ne prendras pas de poids et tu peux même en perdre. Alors pas besoin de sacrifier ton bien-être pour une question de grosseur.

Des trucs pour gérer la faim causée par les antidépresseurs:

1.       Boire boire boire. De l’eau, de l’eau pétillante, des tisanes.

2.       Manger des crudités. Je n’ai jamais compté mes légumes. C’est le seul groupe alimentaire que je me permets à volonté.

3.       Avoir des passe-temps. Quand tu es occupé, tu penses moins à manger. On mange trop souvent par ennui, alors trouve toi des passe-temps qui font que tu ne t’ennuis pas.

4.       Écrire ton journal alimentaire, le réviser quand tu as faim pour voir si vraiment ton corps manque de calories.

5.       Te parler, fort, à tous les jours, pour te rappeler ton objectif et la discipline que tu dois avoir.

Souviens-toi qu’il y a TOUJOURS de la lumière au bout du tunnel et qu’il existe des tonnes de ressources pour t’aider! C’est un signe de force d’aller chercher de l’aide et non un signe de faiblesse.

Si tu as des questions, commentaires, n’hésite pas à communiquer avec moi!

Partager ce blogue
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+