L’impact de ma santé sur ma vie personnelle
Niveau logique PNL: Croyances et valeurs

source photo : teenyagency.com

Toute ma vie je me suis considérée « en santé ». En entrant dans l’âge adulte, j’ai commencé à être très fatiguée. Bon ce n’est pas la fin du monde la fatigue mais cela a eu beaucoup d’impact sur ma qualité de vie.

Pendant ma vingtaine, l’impact était plutôt sur ma vie universitaire et mon cercle d’amies. Faisant deux Baccalauréats en même temps et travaillant 3 emplois à temps partiel, normal d’être fatiguée non? J’ai donc beaucoup mis les amies de côté et mis mon énergie sur études et travail. Pas d’énergie pour plus. Conséquence : l’éloignement de toutes mes amies et pas de nouveaux liens tissés pendant ces années. Aujourd’hui quand je vois des femmes qui sont amies depuis l’enfance, la complicité qu’elles ont, cela m’attriste parce que moi j’ai perdu tous ces contacts. Pourtant, les autres étudiants avaient l’énergie pour une vie sociale eux, pas moi. Pourquoi?? Je ne comprenais pas mais je me disais que je devais simplement être faite comme ça. Et mon médecin me disait que j’étais en santé, que mes bilans sanguins étaient beaux alors pourquoi douter d’elle?

L’été précédent ma 4e année universitaire, j’ai rencontré mon conjoint avec qui je suis encore en amour d’ailleurs! Lui avait un grand cercle social, sortait souvent, faisait beaucoup d’activités. Je voulais être avec lui alors j’ai rapidement joins le cercle d’amis et j’ai suivi! Je suis vite devenue la blague chaleureuse de « Isabelle va dormir à quel heure? » ou « Isabelle à le super pouvoir de dormir n’importe où ». Oui, je pouvais dormir n’ importe où, chez n’importe qui, assis à une table, sur un divan. Par contre, vers la fin de notre première année ensemble, j’ai manqué beaucoup d’activités à cause de ma grande fatigue. Je ne suivais plus.  On en riait mais après quelques années, je trouvais ça de moins en moins drôle.

Avançons quelques années, je suis maintenant sur le marché du travail et j’ai mon premier fils. En Novembre 2004, alors que mon fils avait 8 mois, je suis tombée par terre d’étourdissements. Je n’étais plus capable de marcher, de me lever, mes jambes étaient faibles, mes bras, je ne pouvais plus prendre mon fils. Épuisée, je pensais. Tests neurologiques, sanguins, urinaires… RIEN!!! RIEN???? Voyons. J’ai tant pleuré dans le bureau du médecin. Un mois au lit à ne pouvoir rien faire. Tout un impact sur toute la famille a suivi. Il a fallu réorganiser nos vies pour que mon conjoint travaille, que quelqu’un prenne soin de notre fils, alors que moi j’ai passé le mois au lit. Un mois très difficile au bout duquel le médecin me pose le diagnostic de dépression post-partum et syndrome d’anxiété généralisé. Quoi?? Je ne suis pas dépressive me semble? Anxieuse…oui ok…. Ouf, ça fesse. Antidépresseurs au menu, suivi thérapeutique aussi. Les médicaments agissent très rapidement sur moi et je me pensais sortie du bois!!

Mais non, la fatigue chronique continue, l’anxiété est toujours présente. La médication aide, mais j’ai eu aussi des phases de crises de panique. Je fais aussi de l’hypoglycémie, ce qui a beaucoup d’impact sur ma vie parce que toute planification de sortie implique de m’assurer que je pourrai manger à l’heure que j’aurai besoin sinon je tremble, je transpire, je ne peux plus marcher… Un autre casse-tête pour mon conjoint aussi parce que chaque sortie proposée, je demandais « on va manger où et quand? » Et ça c’est si j’acceptais de faire une sortie malgré ma fatigue.

Les années passent et finalement je me rends compte que malgré ce que mon médecin dit je ne suis PAS en santé. La fatigue chronique, l’hypoglycémie, les maux de tête constants, l’anxiété m’empêchent de faire ce que je veux faire de mes journées. De faire des jeux avec mes enfants, de faire des sorties de

famille, entre amis etc. Je dors tout le temps, je refuse des invitations. Ce n’est pas une vie pour moi, pour mon conjoint et pour mes enfants. Je DOIS faire quelque chose.

Je me suis finalement prise en main en octobre 2012. Jamais au grand jamais je n’aurais cru que la cause de tous mes problèmes de santé pouvait être reliée à mon alimentation et à ma sédentarité. Ce que je mange affecte directement mon niveau d’énergie. Je mange maintenant clean parce qu’il ne suffit pas de « bien manger ». Bien manger a un sens très large et varie tellement d’une personne à l’autre. Et jamais au grand jamais j’aurais cru un jour m’entrainer de 6-7 jours par semaine. Je détestais faire de l’exercice, maintenant j’adore! J’ai même entrepris la course cette année, moi qui disait à toutes mes amies coureuses « JAMAIS je vais courir! ». Tout commence avec l’alimentation. Je n’y croyais pas mais maintenant oui.

Alors comment je vais depuis que je me suis prise en main? Fantastique!! J’ai perdu 46 lbs tout d’abord. Je ne souffre plus de fatigue chronique. Mes amis vous diront que je m’endors encore tôt s’ils me visitent mais ce qu’ils ne savent pas c’est qu’avant, je dormais 3-4 heures avant leur visite et je m’endormais malgré tout très tôt. Maintenant je ne dors plus avant leur visite et je m’endors plus tard que dans le passé. Pour moi c’est une énorme amélioration. Les fins de semaines je ne suis pas obligée de dormir tous les samedis et dimanches après-midi. Je peux enfin faire des sorties et des activités.  J’ai donc beaucoup plus d’énergie, plus de clarté mentale, de focus, je ne m’épuise plus à faire du ménage et des tâches quotidiennes. Mon hypoglycémie et mes maux de tête sont sous contrôle et mon anxiété est sous contrôle aussi. Bref, je vis enfin une vie de qualité et en santé!

Partager ce blogue
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+