Il(elle) me fait craquer mais, il(elle) est tellement indépendant(e) !!!

Pour ne pas alourdir le texte, nous nous conformons à la règle qui permet d’utiliser le masculin avec la valeur de neutre.

Si vous êtes en train de lire ces lignes c’est que vous avez déjà eu à composer avec quelqu’un d’indépendant.  Ce type de personnalité qui vous en donne juste assez pour vous tenir en haleine et jamais assez pour que vous puissiez vraiment comprendre où est-ce que cette relation vous mènera.

Celui qui sans jouer un jeu te donne des nouvelles à une fréquence souvent définie comme inappropriée, qui utilise mots justes pour te faire plier les jambes, qui semble avoir passé à autre chose et qui finalement te redonne signe de vie, etc…  Oui, c’est bien de ce type de personne que l’on parle!

istock_000018265489small-copie

L’indépendant est ce qui…

L’indépendance n’est pas un trait de personnalité que tu peux développer du jour au lendemain.  C’est un trait de personnalité qui s’est développé depuis le jeune âge.

Ce sont ces enfants qui ont appris à se débrouiller seuls, à compter sur eux-mêmes, qui ont été laissés à eux-mêmes et qui parfois ont été abandonnés.

Au moment de leur enfance ils avaient le choix entre, soit s’apitoyer sur leur sort, se ranger parmi les victimes, passer leur vie à se plaindre d’avoir été laissé à eux-même ou faire leur propre chemin, se battre, vaincre leur peur, se fier à eux-même et surtout faire de l’autonomie leur allié numéro un.

Apprendre à devenir autonome c’est normalement ce que les parents apprennent à leurs enfants de l’enfance jusqu’à la fin de l’adolescence.  Pour la majorité des personnes indépendantes c’est un priviliège qu’ils n’ont pas eu l’opportunité de vivre.  Ils ont dû apprendre par eux-mêmes la définition du mot autonomie et l’intégrer avec la méthode dure c’est-à-dire, essai et erreur.
Tout le monde ne peut pas être bien au côté d’un indépendant parce que celui-ci ne ressent aucunement le besoin de rassurer, de sécuriser et de se justifier.  Il prend ses décisions seules, s’entoure de qui il veut, n’accorde aucune importance aux jugements des autres, peut être empathique mais n’a aucune pitié, accorde très peu d’importance à l’opinion des autres, il est bien seul et ressens souvent le besoin d’être seul.

c-ronaldo-confident-posture-copie
L’indépendant s’entoure de…

L’indépendant s’entoure de ceux qui lui ressemblent, il a beaucoup de difficulté à composer avec les insécures, les angoissés et les anxieux.  S’il doit avoir des communications avec ce type de personne, soyez assurés qu’elles seront limitées et superficielles.

L’indépendant est sensible…

Avec une enfance particulière où l’autonomie a toujours été le mot d’ordre il est difficile de croire qu’un indépendant peut être sensible et pourtant oui !  Ce qui est difficile c’est, percer la carapace de l’indépendant et pour y arriver il faut être doué, stratégique et patient.

Une fois la carapace percée vous avez accès à un être loyal, dévoué, respectueux, généreux, aimant et sensible.

5 trucs pour percer la carapace d’un indépendant

  1. Prenez des décisions pour vous-même.
  2. Évitez de lui faire des scènes.
  3. Soyez authentique et intègre (il déteste ceux qui essaient de lui plaire).
  4. Évitez de toujours parler de vous-même, posez-lui des questions, soyez intéressé et surtout, soyez à l’écoute de ses réponses.
  5. Respecter son besoin solitude, il est allergique aux envahisseurs.

L’indépendant est celui qui, crée ses propres repères, se compare à lui-même, connaît ses limites et travaille fort pour exprimer ce qu’il ressent.  Il côtoie rarement ce que la majorité des gens vivent c’est-à-dire,  l’insécurité, l’angoisse et l’anxiété.  Sa vie n’est pas plus simple pour autant parce que l’un de ses plus grands défis est, d’ouvrir son cœur !

 Sandra Manegre

Source photo : buzznigeria.com

Partager cet article

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+