Bye bye pédiatre…merci saine alimentation!

source photo : cdc.gov

Mise en garde : ceci raconte mon expérience bien personnelle, en aucun temps je conseille aux parents d’arrêter des médications sans l’avis du médecin de leur enfant. L’alimentation peut aider, j’encourage à explorer cette piste en faisant des tests, tout en suivant les recommandations de leur médecin.

En novembre 2015, j’ai entendu les mots suivants de la bouche de la pédiatre de mon fils « eh bien, tout va tellement bien, même super bien, je n’aurai pas besoin de vous revoir pour des suivis, vous avez régler le problème vous-même ». Dossier fermé! WOW, je pense que ce sont les plus beaux mots du monde!!! Pourquoi? Je vais vous raconter une partie de ma vie bien personnelle et vous comprendrez.

Mon fils a toujours été un enfant anxieux, distrait et lunatique. En 1ère année, il a commencé à arracher ses cils. L’optométriste soupçonnait possiblement des allergies, mais on a réalisé avec le temps qu’il faisait cela par anxiété. La 1ère année était difficile pour lui. Les exigences de l’école pour un enfant anxieux de 6 ans, ce n’est pas drôle. En plus d’arracher ses cils, il n’était pas attentif en classe, jasait, était dans la lune. Ça n’a pas été long que je me suis fait dire que mon fils avait surement un déficit d’attention. On ne savait pas trop quoi faire, on a laissé aller pour voir ce qui arriverait avec le temps. En 2e année, nous recevions les mêmes genres de commentaires. Inattentif, arrache ses cils, jase beaucoup en classe, lunatique. En 3e année, le professeur me conseille fortement de le faire évaluer.

Ouf méchant coup aux parents. En tant que mère, je me suis blâmée, qu’est-ce que j’avais bien pu faire pour causer ça, peut être que bébé je ne l’ai pas assez stimulé…et la liste continue. Nous nous sommes résignés et nous l’avons fait évaluer. Comme de fait, diagnostique de déficit d’attention sans hyperactivité. Par contre, fait bizarre, le neuropsychologue dit qu’il ne souffre pas d’anxiété….pour vrai? Il arrache ses cils!!! Pas grave, je quitte avec mon rapport d’évaluation et j’attends de voir un pédiatre. Je réussi à voir un pédiatre lorsqu’il est rendu en octobre de sa 4e année. A ce moment-là, il est en échec, donc on opte pour la médication.

Wow les jugements, les préjugés de l’entourage. Déjà difficile de prendre la décision, devoir gérer l’entourage en plus était très difficile. Oui je vais médicamenter mon enfant. Voilà, on ne sais plus quoi faire, on est à bout, les professeurs disent qu’il sera encore en échec si on ne lui donne pas le médicament et le neuropsychologue nous avait dit qu’il ne voyait pas comment notre fils pourrait réussir sans médication.

Octobre, on commence donc le concerta. En décembre de sa 4e année, donc deux mois après le début de la médication, non seulement il a arraché TOUS les cils, mais TOUS ses sourcils et a un gros trou sur la tête sans cheveux. Jamais il n’avait arraché à ce point. JE CAPOTE!!!!! J’appelle la pédiatre, et comme tout médecin classique, elle ajoute un autre médicament pour le calmer. Elle aussi refuse de dire qu’il souffre d’anxiété ou de trichotillomanie… heu ALLO?????? Le médicament ajouté est une sorte d’anti dépresseur. A 9 ans… ouf ca fesse. Mais le professeur est content, mon fils est plus attentif en classe, mais ça ne dura pas longtemps.

Ce nouveau médicament ne change RIEN, donc en mars, on l’arrête. Le déficit d’attention quant à lui est revenu en force malgré le concerta. La dose de concerta est donc augmentée. Mon fils continue d’arracher ses cheveux, il n’est pas plus attentif en classe, bref ça va mal. Je décide de faire mes recherches étant biochimiste: le concerta AUGMENTE l’anxiété. Donc pour un enfant déjà anxieux, ça peut accentuer au point de développer des troubles obsessifs compulsifs, dont la trichotillomanie. J’ai de la misère à croire qu’un médecin prescrit ce médicament à un enfant dont le parent lui dit clairement que l’enfant est anxieux. Pourquoi personne ne veut me croire? J’appelle la pédiatre, elle veut changer la sorte de médicament. NON. J’arrête tout, mon fils est maigre comme un clou parce qu’il ne mange plus, il est cerné noir parce qu’il ne dort plus et il n’a plus de cils, sourcils ou cheveux à certains endroits parce qu’il est tellement anxieux. Nous sommes rendus en juin de toute façon. Mon enfant a l’air d’un enfant souffrant d’un cancer, ce n’est pas normal.

D’avril de sa 4 e année jusqu’à septembre de la 5e il a vu une psychologue pour son anxiété, pas de résultats.

En octobre de sa 5e année (octobre 2014) je l’apporte chez une naturopathe qui fait des tests sanguins APPROFONDIS (beaucoup plus que ce que les médecins font et avaient faits). Il s’avère que mon fils souffre de pleins de carences alimentaires qui jouent sur l’attention et l’anxiété. Et tiens tiens, ses neurotransmetteurs sont super hauts donc ce n’est pas un problème de neurotransmetteurs pour son anxiété et lui donner des antis dépresseurs ne fonctionnerait JAMAIS. La pédiatre n’aurait pas pu vérifier elle au lieu de prescrire des antis dépresseurs aveuglément???? La frustration et l’espoir sont donc entremêlés lorsque je reçois ces résultats. Frustration que la médecine traditionnelle ne vérifie pas les carences alimentaires possibles, les neuro transmetteurs etc, mais soulagement et espoir qu’enfin on va en venir à bout de façon naturelle.

Bref, suite aux prises de sang de la naturopathe, elle recommande des suppléments selon les carences identifiées pour lui, une alimentation sans sucre, sans gluten et sans produits laitiers sévère pour 3 semaines pour ensuite réintroduire les aliments et voir leurs effets sur mon fils. Et voilà, encore les jugements qui embarquent. Jamais moyen de gagner. Maintenant nous recevons les critiques des gens du genre « ben voyons donc toi changer l’alimentation pour traiter un déficit d’attention et l’anxiété, aucun bon sens, c’est des histoires de charlatan bla bla bla » etc etc….. Mais on ignore le négatif et on va de l’avant. Donc 3 semaines avant l’Halloween….. Oui oui, 3 semaines avant l’Halloween je devais couper TOUT cela. Quelle tâche ça me semblait. Mais heureusement, moi mon processus de changement alimentaire était déjà en cours alors le pousser plus loin pour toute la famille ne fut pas si difficile que cela. Mais peu importe, je l’aurais fait pour aider mon enfant.

Alors on fait nos 3 semaines, super strictes. On voit déjà des changements sur son anxiété et son attention. Il est beaucoup moins nerveux et beaucoup plus attentif en classe. Même le professeur me le dit. A l’Halloween je fais exception, il mange du sucre en masse pendant une semaine. Le professeur m’écrit me demandant ce qui se passe avec lui, il recommence à arracher ses cils, il n’écoute pas, elle doit le ramener à son travail comme avant. Et mon fils lui-même dit se sentir beaucoup plus nerveux. On arrête le sucre, les cils repoussent, l’anxiété diminue et l’attention en classe augmente. Ensuite arrive Noël. Encore, exception, il mange du sucre en masse. Résultat: il a arraché les cils de ses deux yeux. Avant on pensait que c’était de l’anxiété de performance à l’école, mais pendant les vacances de Noël, pas d’école alors c’est CLAIR que le sucre joue directement sur son anxiété. Par la suite nous avons réintroduits le gluten et les produits laitiers qu’il semble bien tolérer. Il n’en mange pas en grosses quantités mais pour lui c’est vraiment le sucre qui a le plus grand impact.

La morale de cette histoire : on ne réalise pas à quel point notre alimentation joue sur nous. JAMAIS je n’aurais pensé que le sucre lui causait son anxiété à lui faire arracher ses cils, et ce depuis qu’il avait 5-6 ans. Jamais je n’aurais pensé que les carences en vitamines qu’il avait pouvaient causer le manque d’attention. J’ai passé des années à essayer de trouver le pourquoi, de voir les médecins qui eux ne font que prescrire des pilules sans savoir vraiment. Au moins la naturopathe a fait des recommandations de suppléments basées sur des vraies données, spécifiques à mon fils. Alors même si vous pensez que votre alimentation ne vous affecte pas vraiment, sans avoir essayé, vous ne le saurez jamais. Ayez un esprit ouvert et critique. Testez vous-même, vous verrez. Moi, tout comme mon fils, le sucre m’affecte beaucoup. Fatigue extrême, difficulté de concentration, tête lourde, étourdissements.

Maintenant mon fils est en 6e année et comme le dit le début de mon texte, tout va super bien! Il mange sans sucre 90% du temps, prends ses suppléments pour contrer ses carences et la différence comparativement aux dernières années est remarquable. Il a repris du poids, dors mieux, réussi à l’école. Bien manger vaut toujours la peine de toute façon.

Je vous invite à commenter ce blogue, demander des questions, discuter avec moi, cela me fera un immense plaisir de partager davantage avec vous.

Partager ce blogue
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+