Assez c’est assez, comment passer à l’action

Dans la vie, tout le monde a des moments bas, très bas, dans lesquels passer à l’action, peu importe l’objectif, deviens très difficile. J’ai passé par là depuis quelques mois et je veux vous partager mes pensées, mon processus pour repasser à l’action. 

Tout d’abord, depuis septembre octobre 2016, je trainais de la patte. Fatiguée, plutôt épuisée, au bout de mon rouleau mentalement et physiquement, j’ai ralenti la cadence des entrainements, je me suis mise à moins bien manger, faire plus de divan, mon humeur devenait de plus en plus négative, les crises d’anxiété sont revenues en force, mais ce n’est qu’en décembre que j’en ai vraiment pris conscience. C’est déjà bon, la plupart des gens en prennent conscience après des mois, voire des années dans cet état. Mais puisque je me connais et que j’ai déjà passé par là avant, en décembre je me suis dit que je ne pouvais pas continuer comme je le faisais, je devais faire des changements dans ma vie.

Pour arriver à faire des changements malgré l’épuisement, l’anxiété, la dépression, le manque complet de motivation, peu importe les raisons qui vous empêchent, je crois fermement que deux ingrédients doivent se présenter :

1.     L’écœurement aigu de notre état, ne plus être capable de vivre comme on vit, d’endurer dans mon cas cette fatigue, ces crises d’anxiété, cette dépression, finalement je me suis bien rendu à l’évidence, j’étais en burn out.

2.     La discipline de passer à l’action, parce que la discipline, c’est de le faire même quand ça ne nous tente pas, et pourquoi on se disciplinerait à le faire malgré toutes les embuches? Parce qu’on croit qu’on mérite mieux que ce qu’on a.

Et c’est ce qui m’est arrivé, j’ai touché le bas fond en décembre quand mes crises d’anxiété m’ont empêché de fonctionner, de travailler. Et je croyais fermement que je ne méritais pas de vivre dans cet état pour longtemps. Alors je suis passée à l’action : méditation… Ouf, moi et la méditation, il a fallu qu’on s’apprivoise, ma tête n’arrête jamais et malgré que j’avais commencé à ralentir mon rythme de vie en novembre, ma tête elle continuait. Voilà pourquoi j’ai choisis d’intégrer la méditation à mon quotidien. Très difficile au début, je comptais les secondes, je regardais l’horloge pour voir si j’en avait fait assez longtemps lol. Malgré ma difficulté à arrêter le tourbillon dans ma tête, j’ai persisté, et maintenant j’apprécie beaucoup ces moments que je m’accorde et ils me font un grand bien.

Ensuite, en janvier, malgré le ralentissement de mon rythme de vie et la méditation, j’avais encore beaucoup de difficultés à remonter la pente. J’avais besoin d’aide extérieure et j’ai consulté un naturopathe. Il m’a donné une belle liste de choses à faire pour aider ma situation. Ouf, certaines de ces choses j’ai trouvé très difficile à mettre en pratique, par exemple diminuer ma consommation de café, prendre certains suppléments pour me remonter le système et dormir avec aucuns appareils électroniques dans ma chambre à coucher. Mais je l’ai fait parce que je me suis disciplinée à le faire. Et la dernière étape fut de me faire faire un plan alimentaire qui réponds à mes besoins pour avoir une énergie constante tout au long de la journée.

Tous les changements que j’ai fait depuis janvier, même si certains j’ai roulé les yeux, rouspéter intérieurement, trouver quelques suggestions un peu farfelues, je les ai faits en me disant que je n’avais rien à perdre, de donner une chance au processus. Et bien tous les changements ont été payants. Je vais maintenant beaucoup mieux, ma fatigue est de moins en moins paralysante et mon moral reviens. La morale de cette histoire c’est que lorsqu’on atteint notre quota, qu’on en a plein notre casque, que notre situation devient invivable, il faut se discipliner à se mettre en action et poser les gestes qui doivent être posés, même si ceux-ci nous semblent difficiles ou inutiles. Et la clé du succès est de ne pas tout changer en même temps. Une chose à la fois, bien l’intégrer et ensuite faire un autre changement.

Si vous avez des questions, commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi!

Partager ce blogue
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+